Nouveau missel francophone

Nouveau missel francophone

Ce 1er dimanche de l’Avent – dimanche 28 novembre – marque l’utilisation du nouveau missel à l’usage du monde francophone. C’est un travail de mise à jour des textes et des réponses lors des célébrations eucharistiques. Ce travail interdisciplinaire de traduction en langue française, très soigné, a pris plusieurs années, avec une attention à une triple fidélité : fidélité au texte latin, – garant de l’unité liturgique entre les pays -, fidélité à la richesse de la langue vernaculaire, et fidélité à la compréhension des fidèles. 

Les changements concernent surtout ce que dit le prêtre, mais cependant quelques changements notoires pour l’assemblée sont à souligner. 2 exemples : 

1. Au début de la prière eucharistique, avant le prêtre disait « prions ensemble au moment d’offrir le sacrifice de toute l’église ». A présent la formulation sera un peu différente, et également la réponse de l’assemblée : 

Le prêtre : Priez, frères et sœurs: que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, soit agréable à Dieu le Père tout-puissant. 

L’assemblée : Que le Seigneur reçoive de vos mains ce sacrifice à la louange et à la gloire de son nom, pour notre bien et celui de toute l’Église. 

2. Une autre caractéristique qui pourra surprendre dans le credo. On avait l’habitude de dire « de même nature que le Père ». Cette formulation avait pour limite de ne pas souligner l’unité des personnes divines. De fait, tous les êtres humains ont la même nature, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont en même temps un seul être. Cette formulation sera remplacée par une formule plus technique qui dit théologiquement davantage cette unicité de Dieu : « consubstantiel au Père« .

Des feuillets seront bientôt distribués pour connaître ces différents changements.