“Saisis de peur” ou “saisis par l’amour du Christ” : à nous de choisir !

“Saisis de peur” ou “saisis par l’amour du Christ” : à nous de choisir !

L’évangile de ce dimanche nous parle d’une violente tempête que Jésus et ses disciples ont dû traverser sur le lac de Galilée. Saint Marc en décrit le caractère furieux et menaçant en précisant : “Les vagues se jetaient sur la barque !” On peut facilement imaginer l’effroi qui a saisi les disciples… alors que Jésus dort à l’arrière, les laissant affronter seuls, apparemment, la violence des flots déchainés.

En évoquant cette tempête, nous pouvons penser à toutes les tempêtes qui secouent l’histoire humaine, et, en particulier aujourd’hui, aux peuples qui sont pris dans les tempêtes de la guerre. Nous pouvons penser aussi à toutes ces situations de “crise”, de maladie, et d’épreuves de toute sorte qui peuvent nous tomber dessus ! Nous prenons alors conscience que notre embarcation est bien frêle et vulnérable. Et “saisis de peur”, nous pouvons crier vers le Seigneur, avec les disciples : « Maître, nous sommes perdus, cela ne te fait rien ? »

A certains moments, nous pouvons d’autant plus être saisis d’angoisse que Jésus semble “dormir” au fond de notre barque ! Silence de Dieu, sentiment de son absence ; tout se passe alors comme s’il n’était pas là ! Et pourtant ! Nous savons qu’il est avec nous tous les jours, jusqu’à la fin des temps, non pas parce que nous le ressentons, mais parce qu’il l’a promis, et que sa parole est totalement digne de confiance (Mt, 28, 20). C’est même sa dernière parole : la plus solennelle, la plus définitive…

Dans sa lettre aux Corinthiens, lue aujourd’hui, Paul écrit : “Frères, l’amour du Christ m’a saisi » Paul s’est laissé “saisir”, non par les nombreuses épreuves qu’il a rencontrées, mais “par l’amour du Christ”.

Et nous ? Nous laissons-nous submerger par nos peurs ou sommes-nous “saisis par l’amour du Christ” qui nous plonge dans la paix de Dieu ? Il y a là, me semble-t-il, un vrai choix spirituel. Oh, nous savons bien que, comme chacun, dans un premier temps, la peur peut nous traverser ; mais ensuite, la vraie question est : qui nous donnera d’avancer vraiment dans la confiance ? Avec Paul, soyons, nous aussi, des êtres “saisis” et transformés par l’amour du Christ !